top of page

Apprendre à Ancrer son métier de praticien bien être

Aujourd'hui de nombreux thérapeutes ne parviennent pas à vivre de leur travail. Ils se forment, démarrent une activité basée sur la relation d'aide et l'accueil de la souffrance, souvent avec de hautes intentions spirituelles, puis sont contraints de fermer au bout d'un an par manque de demande.

Ils ne le savent pas, mais ils n'ont fait que la moitié du chemin. Pour qu'un projet se réalise pleinement il faut qu'il franchisse plusieurs étapes symboliques. Cette réfléxion est au centre d'une de mes pratique énergétique: la techniques des portes. L'étape la plus fondamentale dans la réalisation d'un projet, c'est sa densification.


Ce phénomène des étapes symboliques est un phénomène qui touche tous les projets de vie : Le processus entier prend du temps, il faut avoir les bonnes intuitions, chercher les obstacles, réunir ses forces, lever les objections des proches ou inconscientes, relancer les dés plusieurs fois et ne pas se satisfaire de peu. A l'orée de tout changement, il y a tant de choses qui clochent sans raison, qui doivent être fixées, puis trouvent un équilibre pour des années.


Et ce processus de création implique également des facultés d'adaptation, une évolution de la vision de soi, une découverte progressive de ses capacités de réalisation. C'est ce que je nomme "la rencontre avec le réel". Cependant, bien souvent dans le cœur des thérapeutes les choses restent spirituelles, intuitives, ancrées dans le pur, mais il n'y a que peu de risques et d'engagement vers le bas par peur de souiller cette pureté. C'est une immense erreur. Il faut à la fois ancrer dans le pur, et ancrer dans le dur cette "nouvelle version de soi".



Le dense, la matière, ne sont pas des ennemis. Le Réel est un terrain de jeu où l'on peut essayer des choses en long, en large et en travers, tant qu'on a envie de s'amuser. Ou l'on peut se découvrir Résilient, et tenter toujours de nouvelles façons. Et cette envie peut manquer si on ne voit que l'échec et l'inconfort.


Investir l'inconfortable, c'est jouer. Chercher à comprendre pourquoi on atterrit quelque part contre notre gré, c'est jouer. S'extraire d'une prison dorée, c'est jouer. Et il ne faut pas forcément jouer pour réussir, il faut jouer pour jouer.



Dans des formations énergétiques, je transmets également toutes les "clefs de la matière" que j'ai pu découvrir... qui m'occupent encore ^^. C'est à dire: comment s'atteler à développer à la fois le haut, la pureté, et le bas la solidité et la stablité ! Je me rends bien compte que c'est une difficulté majeure de mes élèves. Mais il faut apprendre à se développer dans la lumière autant que dans la matière, car ne développer qu'une dimension mène inexorablement au déséquilibre: ne nourrir que la cîme entraîne la chute de l'arbre.

Aujourd'hui je ne souhaite pas former simplement des thérapeutes, je veux former des thérapeutes pugnaces, qui sauront œuvrer dans la matière, baliser leur parcours dans le dur, rayonner autour d'eux.

111 vues
A l'affiche
Posts Recents
Partager
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page